Les lycéens face aux attentats de 2015, par Jean-François Mignot (2018).

Dans certains établissements scolaires la minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo a été contestée, révélant des clivages dont l’ampleur au sein de la population lycéenne et les motivations restent peu étudiées. Avec la prudence requise, notre enquête montre que les lycéens qui ne condamnent pas totalement les auteurs des attentats et/ou qui ne se sont pas sentis concernés par les minutes de silence ne se distinguent pas par leur situation familiale ou socioéconomique, ni par leur sentiment d’être discriminés pour des motifs ethno-religieux. En revanche, ils se déclarent plus souvent tolérants à la déviance et à la violence dans la vie sociale, sont plus fréquemment d’origine étrangère et plus nombreux parmi les jeunes de confession musulmane. À écouter ces élèves, il apparaît que beaucoup d’entre eux contestent la liberté de se montrer irrespectueux vis-à-vis de l’islam et de certains de ses dogmes. Une certaine distance identitaire, ainsi qu’un moindre sentiment d’appartenance à la communauté nationale réduisent leur empathie à l’égard des victimes.

Référence: Mignot, J.F. (2018). Les lycéens face aux attentats de 2015. Dans O. Galland et A. Muxel (Eds.), La tentation radicale: Enquête auprès des lycéens. Paris: PUF. ISBN: 9782130799573

Version pdf du chapitre disponible ici

Pint Of Science Festival

Séraphin Alava et Pascal Marchand sont intervenus, le 16 mai 2018 à partir de 19h30, dans le cadre du festival Pint Of Science sur la thématique « Médias, politique : regards sur la radicalisation », au bistrot artistique/culturel La Part du Hasard (6 rue saint charles, Toulouse).

Une bonne trentaine de personnes s’étaient inscrites pour avoir une discussion avec les chercheurs sur le rôle des médias sociaux et la construction des discours politiques dans le processus de radicalisation.

A retrouver sur: https://pintofscience.fr/event/mdias-politique–regards-sur-la-radicalisation

 

Rapport Unesco (2017) – Youth and Violent Extremism on Social Media

Par Séraphin Alava, Divina Frau-Meigs, Ghayda Hassan
Avec la collaboration de Hasna Hussein and Yuanyuan Wei
Does social media lead vulnerable individuals to resort to violence? Many people believe it does. And they respond with online censorship, surveillance and counter-speech. But what do we really know about the Internet as a cause, and what do we know about the impact of these reactions?
All over the world, governments and Internet companies are making decisions on the basis of assumptions about the causes and remedies to violent attacks. The challenge is for analysis and responses to be firmly grounded. The need is for policy constructed on the basis of facts and evidence, and not founded on hunches or driven by panic and fearmongering.
It is in this context that UNESCO has commissioned the study titled Youth and Violent Extremism on Social Media. This work provides a global mapping of research (mainly during 2012-16) into the assumed roles played by social media in violent radicalization processes, especially as they affect youth and women.

Lire le rapport et la synthèse

La crise migratoire sous le spectre de la menace terroriste

Source image : mediActvista, https://flic.kr/p/ySVKsi

Ce texte synthétise la communication, traitant de l’influence des discours politiques sur les préjugés des français envers les réfugiés (disponible ici),  adressée lors de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation qui s’est tenue le 19 avril 2017.​

Cette journée d’étude fut l’occasion de présenter le projet AttIRE, mené de concert par des enseignants chercheurs des laboratoires CLLE (Université Toulouse – Jean Jaurès) et LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse), à savoir : Fanny Verkampt, Stéphane Perrissol, Brigitte Bardin, Annette Burguet et Pascal Marchand. Soutenu par la MSHS de Toulouse, ce projet a pour objectif d’aider à mieux identifier les sources d’accroissement ou de réduction des préjugés envers les réfugiés. Il porte une attention particulière aux discours des acteurs politiques français de 2002 à 2017.

Lire la suite

Etude clinique du passage à l’acte idéologique

Afin de faire suite à notre journée sur les nouvelles figures de la « radicalisation » vous trouverez ici un article qui est représentatif des réflexions qui animent l’équipe du Centre de Criminologie et Sciences Humaines (CCSH).⇓

Article Etude clinique du passage à l’acte idéologique

Synthèse de la journée d’étude sur « les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité » (19 avril 2017)

Synthèse de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité, animée par la plateforme « Radicalités et régulations » et organisée par la MSHS-Toulouse, le 19 avril 2017.

Après les attentats de 2015, on a pu entendre des questions du genre : qui réfléchit aux raisons qui font qu’on en est arrivé là ? Où sont les intellectuels ? Où est la recherche ? Dès novembre 2015, le CNRS a réagi par un appel d’offre exceptionnellement simple, invitant les chercheurs à se manifester sur leurs compétences sur ces questions, avérées ou émergentes. L’initiative de notre plateforme vient de cet appel d’offre et la journée d’étude du 19 avril 2017 en était la première manifestation. Malgré une annonce assez confidentielle, une centaine d’inscrit-e-s provenait pour une large part de la sécurité publique (police, gendarmerie, ministères), de la justice (PJJ, pénitentiaire), des services d’Etat (préfectures, rectorats), des professionnels d’action éducative et des associations.

Lire la suite

Journée de restitution CNRS « attentats – recherche »

charb

Crédits image : ActuaLitté, #CharlieHebdo #JeSuisCharlie, sous Licence CC by-sa, https://flic.kr/p/qJeEFE

Le colloque réunira les lauréat.e.s et tou.te.s celles et ceux qui ont répondu à l’appel d’Alain Fuchs, président du CNRS, le 18 novembre 2015.

Lire la suite