Séminaire l’Espace des Sciences Sociales : Radicalités

La prochaine séance de L’espace des sciences sociales aura lieu le lundi 8 avril 2019, de 10h à 12h30 (MDR 2, Salle E412), sur le thème “Radicalités”.

Séance coordonnée par Hourya Bentouhami et Antoine Doré.

Les années 2000 ont été marquées par une multiplication considérable de l’usage des notions de radicalité, radicalisme, radicalisation… tant dans les discours médiatiques et politiques que dans l’espace des sciences sociales. Ces notions se sont imposées comme les prismes d’analyse privilégiés pour comprendre l’origine de toute une série d’évènements violents. Un certain nombre de publications récentes et les vifs débats qu’elles ont parfois suscités soulignent l’hétérogénéité des manières de mobiliser ces notions en sciences sociales. Nous tenterons de comprendre les ressorts épistémologiques, axiologiques et polémiques de ces recherches en accordant une attention toute particulière aux enjeux méthodologiques que suppose l’analyse empirique de tels phénomènes.

Avec:

– Fabien Carrié (chargé de recherche au FRS-FNRS) co-auteur de La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français (avec Laurent Bonelli, Le Seuil, 2018) : http://www.seuil.com/ouvrage/la-fabrique-de-la-radicalite-laurent-bonelli/9782021397932

Pascal Marchand (Lerass,  membre de la plateforme “Radicalités et régulations” de la MSHS-Toulouse)

Discours de haine et radicalisation en ligne

La plateforme “Radicalités et régulations” a organisé, le 27 mars 2019 à la MSHS-T, une Journée d’étude « Discours de haine et radicalisation en ligne ». Il s’agissait de questionner le rôle d’Internet dans les processus de radicalisation menant à la violence.

Les commentateur.trice.s politiques et médiatiques et leurs « expert.e.s » attribuent souvent à Internet un rôle important, sinon majeur, dans les dynamiques radicales. Du côté des spécialistes, on est plus prudent avec ce que l’on pourrait appeler « e-radicalisation ». Pour ces dernier.e.s, les réseaux socionumériques ne semblent pas être le « chemin de Damas » qu’on nous présente régulièrement.

Continuer la lecture

Rencontres “Ensemble contre la radicalisation” Colomiers du 5 au 7 février 2019

En mars 2018, le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de Colomiers organisait la première édition des rencontres pour la prévention de la radicalisation. Cette première édition a permis, grâce à une programmation variée de sensibiliser près de 550 personnes. Ainsi, dans la continuité et en complément des actions déjà engagées, la ville de Colomiers a décidé de reconduire un temps de sensibilisation ouvert aux scolaires, aux professionnels et au grand public.

Au programme : tables rondes, ciné-débat, théâtre et rencontre littéraire

Pour plus d’informations, veuillez cliquer sur ce lien.

Stages “Radicalités et régulations” au sein du CNRS Formation Entreprises

A partir de la rentrée 2018-2019, notre plateforme d’expertise “Radicalités et régulation” propose trois stages dans le cadre des formations continues du CNRS et au sein d’un nouvel axe “enjeux sociétaux”:

  • Déterminants juridiques et politiques
  • Idéologies, rhétoriques et propagandes
  • Trajectoires individuelles et processus de groupe

Pour en savoir plus : http://cnrsformation.cnrs.fr/liste-stages-111-Enjeux-societaux.html

Contact: cfe.contact@cnrs.fr

Pint Of Science Festival

Séraphin Alava et Pascal Marchand sont intervenus, le 16 mai 2018 à partir de 19h30, dans le cadre du festival Pint Of Science sur la thématique “Médias, politique : regards sur la radicalisation”, au bistrot artistique/culturel La Part du Hasard (6 rue saint charles, Toulouse).

Une bonne trentaine de personnes s’étaient inscrites pour avoir une discussion avec les chercheurs sur le rôle des médias sociaux et la construction des discours politiques dans le processus de radicalisation.

A retrouver sur: https://pintofscience.fr/event/mdias-politique–regards-sur-la-radicalisation

 

Synthèse de la journée d’étude sur “les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité” (19 avril 2017)

Synthèse de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité, animée par la plateforme « Radicalités et régulations » et organisée par la MSHS-Toulouse, le 19 avril 2017.

Après les attentats de 2015, on a pu entendre des questions du genre : qui réfléchit aux raisons qui font qu’on en est arrivé là ? Où sont les intellectuels ? Où est la recherche ? Dès novembre 2015, le CNRS a réagi par un appel d’offre exceptionnellement simple, invitant les chercheurs à se manifester sur leurs compétences sur ces questions, avérées ou émergentes. L’initiative de notre plateforme vient de cet appel d’offre et la journée d’étude du 19 avril 2017 en était la première manifestation. Malgré une annonce assez confidentielle, une centaine d’inscrit-e-s provenait pour une large part de la sécurité publique (police, gendarmerie, ministères), de la justice (PJJ, pénitentiaire), des services d’Etat (préfectures, rectorats), des professionnels d’action éducative et des associations.

Continuer la lecture

Décrypter le langage des terroristes

De Fleur Olagnier dans La Dépêche du Midi (12/12/2016) :

À Toulouse, deux équipes travaillent activement à l’élaboration de stratégies pour dialoguer avec les témoins, comme avec les terroristes.

Trouver le discours «caché»

Le laboratoire Cognition, langue, langage, ergonomie (CLLE, CNRS) s’intéresse à optimiser les entretiens entre policiers et témoins. «Nous travaillons sur la technique de l’entretien cognitif qui consiste à laisser parler le témoin, l’inciter à rapporter le maximum d’informations, même celles qu’il pourrait juger peu importantes, poser peu de questions et se départir de l’image autoritaire du policier», détaille M. Py.

…/…

De son côté, au Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (Lerass, CNRS), l’équipe de Pascal Marchand analyse les paroles pour améliorer les négociations en situations extrêmes, comme les prises d’otages.

Grâce à un logiciel conçu au Lerass, les mots et associations de mots qui reviennent le plus souvent dans le discours d’un individu sont repérés. Ainsi, le discours «caché» peut être décelé.

…/…

Lire la suite : http://www.ladepeche.fr/article/2016/12/12/2477001-decrypter-le-langage-des-terroristes.html