Appel à candidatures 2019 : Contrat Doctoral DILCRAH « Racisme, antisémitisme et LGBT-phobies »

Conformément au plan de Lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-20, la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH) souhaite encourager des travaux de recherches qui contribuent à une meilleure connaissance des phénomènes de racisme, d’antisémitisme et de LGBTphobies, par le biais du financement de deux contrats doctoraux d’une durée de trois ans, d’un montant mensuel brut de 1 769 € minimum.

Dates importantes :

Lancement de l’appel à candidature – 9 avril 2019
Date limite de dépôt des dossiers – 7 juin 2019
Jury scientifique – Fin juin 2019 ; Début juillet 2019 (auditions)
Résultats – mi-juillet 2019

Pour plus d’informations concernant les thématiques, les critères d’éligibilité, les modalités de soutien de la DILCRAH, la procédure de sélection et la transmission des candidatures, veuillez suivre le lien suivant : https://www.gouvernement.fr/appel-a-candidatures-2019-contrat-doctoral-dilcrah-racisme-antisemitisme-et-lgbt-phobies

 

 


Ce contenu a été publié dans Espace doctorants par Fanny Verkampt. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Fanny Verkampt

Enseignant-chercheur depuis 2010, mes recherches s’organisent principalement autour du développement de méthodes d’entretien visant à améliorer la récupération des souvenirs chez les mineurs, ainsi qu’aux facteurs susceptibles de nuire à la qualité et à la fiabilité des témoignages oculaires. Je m’intéresse ainsi plus particulièrement à l’influence d’un protocole d’entrevue judiciaire, l’Entretien Cognitif, sur la qualité et la fiabilité des descriptions effectuées par des adultes mais aussi, et surtout, par de jeunes (adolescents) et très jeunes (enfants) témoins. Récemment, mes recherches se sont tournées vers l’amélioration des auditions de mineurs victimes de Traite d’Etres Humains (état des lieux ; développement de méthodes d’entretien facilitant la récupération des souvenirs auprès de victimes souffrant de trauma) dans 5 pays Européens (Belgique, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni). Enfin, toujours en lien avec les problématiques liées au phénomène migratoire en Europe, je m’intéresse également à comprendre comment se développent et se renforcent les attitudes conscientes (explicites) et non-conscientes (implicites) à l’égard de l’accueil des migrants en Europe (influence des discours politiques et médiatiques ; des menaces dites réelles et symboliques telles que la crainte d’attentats terroristes). Ce projet conduit en partenariat avec le LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse) est soutenu financièrement par la Maison des SHS de Toulouse. Enfin, je suis vice-présidente de la division "Psychologie & Droit" (Psychology & Law) de l'Association Internationale de Psychologie Appliquée (International Association of Applied Psychology).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.