Discours de haine et radicalisation en ligne

La plateforme “Radicalités et régulations” a organisé, le 27 mars 2019 à la MSHS-T, une Journée d’étude « Discours de haine et radicalisation en ligne ». Il s’agissait de questionner le rôle d’Internet dans les processus de radicalisation menant à la violence.

Les commentateur.trice.s politiques et médiatiques et leurs « expert.e.s » attribuent souvent à Internet un rôle important, sinon majeur, dans les dynamiques radicales. Du côté des spécialistes, on est plus prudent avec ce que l’on pourrait appeler « e-radicalisation ». Pour ces dernier.e.s, les réseaux socionumériques ne semblent pas être le « chemin de Damas » qu’on nous présente régulièrement.

Identifier les éventuels ressorts linguistiques, sociologiques, ou encore psychologiques soutenant un processus d’autoradicalisation nécessitait de mobiliser des spécialistes avéré.e.s, professionnel.le.s et chercheur.se.s, dans un cadre garantissant la sincérité et la confidentialité des échanges. Nous avons pu entendre des universitaires de plusieurs disciplines (Sociologie, Informatique, Sciences du langage, Sciences de gestion, etc.) et des professionnel.le.s de la lutte contre la cybercriminalité (gendarmerie) ou de l’administration pénitentiaire.

Nous avons évoqué les problématiques liées aux contextes (par ex. juridique, socio-histoire, terrains, réactions diverses), aux outils (avec l’effort d’expliciter des méthodes parfois ardues), aux précautions d’usage (échantillons, complexité, limites), aux partenariats (par ex. publics, privés, et/ou associatifs qui peuvent interférer avec les pratiques des uns et des autres), et aux problèmes légaux (extraction de données issues du web dans des contextes juridiques complexes).

C’est un professionnel qui a, le mieux, résumé la problématique de la journée : Qu’est-ce qu’Internet change à la violence radicale ? Il ne s’agit donc pas de lutter contre des idéologies définies comme « radicales », ni de contrer la propagande de groupes politiques d’opposition ou aux « idées extrémistes », mais bien de prévenir les violences idéologiques organisées.

Internet transpose, amplifie, créé de nouvelles formes de criminalité (70% d’escroqueries). Cependant, une infime partie de la délinquance est captée sur Internet. La lutte contre la cybercriminalité s’inscrit en outre dans des procédures d’enquête : être réactif, rechercher la preuve, élucider. Dans le cas de la recherche des signaux de haine et de radicalisation, on s’inscrit davantage dans le renseignement criminel pré-judiciaire : comprendre le phénomène, être proactif, en adaptant les méthodes et outils (IA, BDD, veille, etc.). Les questions se posent donc également sur l’éthique, la défense des libertés publiques, la causalité et les contextes de la délinquance notamment.

La radicalisation en ligne, telle qu’elle a été étudiée, concerne surtout le djihadisme et l’extrême droite, et de façon très différente l’un de l’autre. D’autres formes devront être étudiées également. Sur Internet, les discours de haine s’expriment de plusieurs façons. Cela va des contenus implicites (chroniqueurs politico-médiatiques) aux discours ouvertement haineux (groupes plus ou moins organisés), en passant par tous les intermédiaires possibles : manipulation habile de notions (« islamophobie », « grand remplacement »), d’entités nommées (par ex. références à des acteurs, actions, et/ou événements en lien avec des activités terroristes), de stéréotypes (par ex. communautés, identités, mises en discours et en images).

L’interprétation ou la surinterpréation de ces contenus peut provoquer du harcèlement virtuel (cyber, c’est-à-dire par média interposé) ou se traduisant par des attaques physiques et verbales (cad. sans média interposé). Mais l’implicite est souvent puissant, cela surtout dans les corpus francophones (versus les corpus anglophones plus explicites) : l’interprétation mobilise des savoirs partagés et rend plus difficile la caractérisation d’un discours.

Les recherches ont porté sur des discours ouvertement propagandistes (francophones et anglophones) et sur des discours circulant sur les réseaux socionumériques.

Dans le premier cas, on montre que la propagande djihadiste mobilise des schémas rhétoriques généraux. Ces derniers savent toutefois s’adapter au contexte culturel dans lequel ils sont produits et surtout auquel ils s’adressent. On peut, selon sa cible, privilégier la figure de l’ennemi (émotion négative, empathie vis-à-vis d’une humiliation sociale, héroïsme) ou celle de la communauté (textes de référence, vérités générales, stratégie géopolitique), pour mobiliser la menace, l’obligation, l’interdiction ou la récompense, mais également la culpabilisation et la victimisation pour inciter à l’action.

Dans le deuxième cas, on retrouve dans les discours des réseaux socionumériques la différence entre les langues–différence qui dépasse donc les frontières et questionne l’homogénéité des cibles. De plus, là où certains discours font explicitement référence aux idéologies et actions radicales (nazisme, suprématisme, djihadisme), d’autres prennent en revanche des formes plus implicitement complotistes. On met également en perspective la différence de stratégies (volatilité des comptes) ou de contenus (pauvreté lexicale, discours subtile et indirect, masquage par la ruse et le contournement, etc.).

Au-delà des formes que peuvent prendre les discours de haine en ligne, la question qui s’est posée est de cerner qui étudie-t-on réellement ? Quel le lien cherche-t-on à établir entre l’écrit sur Internet et le passage à l’acte violent ? Comment tient-on compte de la motivation du clic & like (ce qui compte, c’est surtout d’écrire quelque chose qui va être partagé et « liké ») ? Et, d’une façon générale, les retours d’expérience du suivi de personnes « radicalisées » montrent très peu de radicalisation spontanée (on ne tombe pas par hasard sur un recruteur de Daech), mais davantage de troubles identitaires et un sentiment de solitude motivant une recherche d’affiliation à un groupe fort. Du reste, même sur Internet, entrer dans un groupe ne se fait pas immédiatement, et ce, d’autant plus qu’un hashtag ne suffit certainement pas à faire une communauté sauf dans l’esprit de celui ou celle qui le recherche fortement. Car nous avons aussi observé des différences entre hommes et femmes sur les pratiques socionumériques et les contenus privilégiés. Les théories du complot permettent alors d’intellectualiser et de décriminaliser leur acte. Leur sensibilité à la victimisation légitime la violence. Certain.e.s sont très éduqué.e.s et consultent l’histoire des religions et civilisations. D’autres cherchent du prêt à penser, prêt à agir (y compris dans les comportements plus quotidiens).

Quoi qu’il en soit, Internet donne forme à un préexistant ; c’est un révélateur au sens photographique. En conséquence, que peut-on vraiment attendre des contre-discours ? Les modèles de la persuasion (traitement de l’information, action planifiée) sont-ils efficaces contre des dynamiques d’engagement (comportements, identités) ? Une journée d’étude pourrait sans doute être imaginée sur cette question.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.