Rapport Unesco (2017) – Youth and Violent Extremism on Social Media

Par Séraphin Alava, Divina Frau-Meigs, Ghayda Hassan
Avec la collaboration de Hasna Hussein and Yuanyuan Wei
Does social media lead vulnerable individuals to resort to violence? Many people believe it does. And they respond with online censorship, surveillance and counter-speech. But what do we really know about the Internet as a cause, and what do we know about the impact of these reactions?
All over the world, governments and Internet companies are making decisions on the basis of assumptions about the causes and remedies to violent attacks. The challenge is for analysis and responses to be firmly grounded. The need is for policy constructed on the basis of facts and evidence, and not founded on hunches or driven by panic and fearmongering.
It is in this context that UNESCO has commissioned the study titled Youth and Violent Extremism on Social Media. This work provides a global mapping of research (mainly during 2012-16) into the assumed roles played by social media in violent radicalization processes, especially as they affect youth and women.

Lire le rapport et la synthèse


Ce contenu a été publié dans Évènements scientifiques par Fanny Verkampt, et marqué avec , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Fanny Verkampt

Enseignant-chercheur depuis 2010, mes recherches s’organisent principalement autour du développement de méthodes d’entretien visant à améliorer la récupération des souvenirs chez les mineurs, ainsi qu’aux facteurs susceptibles de nuire à la qualité et à la fiabilité des témoignages oculaires. Je m’intéresse ainsi plus particulièrement à l’influence d’un protocole d’entrevue judiciaire, l’Entretien Cognitif, sur la qualité et la fiabilité des descriptions effectuées par des adultes mais aussi, et surtout, par de jeunes (adolescents) et très jeunes (enfants) témoins. Récemment, mes recherches se sont tournées vers l’amélioration des auditions de mineurs victimes de Traite d’Etres Humains (état des lieux ; développement de méthodes d’entretien facilitant la récupération des souvenirs auprès de victimes souffrant de trauma) dans 5 pays Européens (Belgique, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni). Enfin, toujours en lien avec les problématiques liées au phénomène migratoire en Europe, je m’intéresse également à comprendre comment se développent et se renforcent les attitudes conscientes (explicites) et non-conscientes (implicites) à l’égard de l’accueil des migrants en Europe (influence des discours politiques et médiatiques ; des menaces dites réelles et symboliques telles que la crainte d’attentats terroristes). Ce projet conduit en partenariat avec le LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse) est soutenu financièrement par la Maison des SHS de Toulouse. Enfin, je suis vice-présidente de la division "Psychologie & Droit" (Psychology & Law) de l'Association Internationale de Psychologie Appliquée (International Association of Applied Psychology).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.