Synthèse de la journée d’étude sur « les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité » (19 avril 2017)

Synthèse de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation : contextes, parcours et subjectivité, animée par la plateforme « Radicalités et régulations » et organisée par la MSHS-Toulouse, le 19 avril 2017.

Après les attentats de 2015, on a pu entendre des questions du genre : qui réfléchit aux raisons qui font qu’on en est arrivé là ? Où sont les intellectuels ? Où est la recherche ? Dès novembre 2015, le CNRS a réagi par un appel d’offre exceptionnellement simple, invitant les chercheurs à se manifester sur leurs compétences sur ces questions, avérées ou émergentes. L’initiative de notre plateforme vient de cet appel d’offre et la journée d’étude du 19 avril 2017 en était la première manifestation. Malgré une annonce assez confidentielle, une centaine d’inscrit-e-s provenait pour une large part de la sécurité publique (police, gendarmerie, ministères), de la justice (PJJ, pénitentiaire), des services d’Etat (préfectures, rectorats), des professionnels d’action éducative et des associations.

Le contexte est difficile et un tournant s’impose

Les premiers bilans de l’engagement de l’Etat dans des actions dites de « déradicalisation » peut être sévère si l’on en croit un rapport venant du Sénat, un certain nombre d’affaires impliquant des acteurs et une mise en cause croissante de l’expertise politico-médiatique dans cette matière. Dans ce contexte, quelle place et quel rôle imaginer pour l’université ?

Pascal Gaillard, directeur de la MSHS-T, introduisait la journée en expliquant que le rôle des universitaires est de construire des concepts. Et David Vavassori ajoutait même qu’il s’agissait aussi de déconstruire des discours. Cela aurait pu paraître un peu abstrait, mais ça ne l’est pas resté longtemps.

Les universitaires n’ont pas vocation à remplacer les acteurs de terrain, ni même à leur livrer des solutions clés en main. On peut s’inspirer des relations entre l’ingénieur et le pilote : l’un conçoit des modèles (donc « créé des concepts »), l’autre est aux commandes. Et, pour la sécurité de tout le monde, il vaut mieux que chacun reste dans son rôle. Mais de l’interaction des deux peut surgir des améliorations essentielles. La question s’est posée de savoir à quoi servent nos connaissances (David Vavassori) et pourquoi elles ne sortent pas facilement des circuits de diffusion académique. Il y a un savoir professionnel ; il y a un savoir conceptuel : comment les faire coïncider (Séraphin Alava) ?

Des compétences existent à l’université

On a vu que les universitaires construisaient des outils pour optimiser les pratiques policières et judiciaires de recueil de témoignage (Jacques Py), d’aide à la négociation de crise (Pascal Marchand), de détection des signaux faibles (Josiane Mothe). En dehors des questions légales (Céline Castets-Renard), qui nous ramènent à la réalité de ce qui est juridiquement acceptable et faisable, ces outils posent aussi des questions plus générales sur ce que l’on étudie et la façon de se positionner (éthique, valeurs, croyances, discours dominants).

L’action publique se définit souvent en réaction aux événements et dans un contexte où l’important semble être de répondre aux attentes supposées de l’opinion, dans des temps restreints par l’urgence politique (Céline Castets-Renard). Or, ces réponses ne prennent que rarement en compte les connaissances que les universitaires ont construites ou sont en train de construire.

Par exemple, contrairement à ce que l’on entend souvent, la littérature scientifique internationale ne montre pas de causes psychiatriques à la violence « radicale » (Pascal Marchand). Il y a des cas de passage à l’acte psychopathologique, mais ça n’explique pas la radicalisation (David Vavassori). Il faut donc éviter les explications commodes et les amalgames douteux. Ce sont des usages et des parcours qui sont à étudier et qui nous renvoient, par exemple, à la question du vécu identitaire de l’adolescence (Séraphin Alava et David Vavassori), nous invitent à envisager les différences entre les hommes et les femmes…

Les contextes de socialisation ont une importance capitale et on a pu décrire la question des pratiques sportives et de leurs liens avec la « radicalisation » (Philippe Terral et Médéric Chapitaux). Dirait-on, pour autant, que le sport est un vecteur de radicalisation ? Evidemment, non. Et c’est bien la régulation des pratiques dans le rapport entre la gouvernance nationale et les situations locales, qui doit être interrogée, notamment dans les sports de combat.

D’un autre côté, on évoque souvent le lien de causalité entre propagande sur le Web et radicalisation. Ici aussi, on ne peut pas se contenter de ces modèles « hypodermiques » commodes qui occultent les facteurs sociaux et environnementaux avérés. Internet fournit des modes de communication communautaire mais aussi citoyenne (Séraphin Alava).

Questionner les politiques publiques

Il faut questionner le subjectivisme des politiques et communications publiques (Jérôme Ferret). Car il existe un lien entre les comportements et la gestion des situations de menace et de l’urgence sociale. A Colima (Mexique) les universitaires sont impliqués dans la gestion de la panique et il y a des scénarios concrets imaginables (Silvia Sigales). Mais le contexte général est également marqué par le traitement politique et médiatique, les sentiments d’insécurité qui exercent des pressions sur les politiques publiques et peuvent être un facteur aggravant le phénomène (Fanny Verkampt et ses collaborateurs). Ces pressions se retrouvent à tous les niveaux, jusque dans le rôle professionnel et la prise en charge (David Vavassori).

Ainsi en ce qui concerne les questions de l’accompagnement des personnes engagées dans un processus d’idéologisation radicale et/ou ayant commis un passage à l’acte idéologique, il est important de rappeler qu’il n’existe pas de « recettes » simples et applicables de manière standardisée. Les solutions ne peuvent pas être pensées simplement en termes de désendoctrinement ou déconditionnement. Faut-il croire aux incantations des « contre-discours » ou s’orienter vers des préventions de terrain mobilisant des « portes » éducatives (projet Practicies conduit par Séraphin Alava) ? Face aux opportunités sociales de radicalisation qui visent la rupture, nous devons être en mesure de proposer des opportunités de maintien du lien social. On introduit donc la dimension culturelle et même interculturelle (Zohra Guerraoui) pour comprendre les processus psychiques (impact de l’exil, articulations culturelles, perturbation de la structure familiale).

Croiser nos regards et imaginer des lieux

Chacun de nous, on le voit bien, aborde ces questions par sa spécialité et étudie le rôle des quartiers, de la prison, d’Internet, de l’Islam… Chaque discipline a quelque chose à dire, mais chacune peut avoir l’impression de détenir LA clé. L’interdisciplinarité nous permet de confronter nos approches, qui sont forcément réductrices, pour imaginer des parcours plutôt que des déterminations. En se mettant ensemble, on relativise mais surtout on se met à penser en trajectoires plus complexes. Ce qui ne signifie pas qu’elles sont compliquées et impossibles à penser, mais qu’elles mobilisent des causes et des facteurs qui sont multiples tout en possédant une cohérence. L’enjeu est de parvenir, à partir de ces compétences multiples, à restituer la complexité et la dynamique de comportements dont les axes de compréhension se situent à la croisée d’un contexte social et d’une histoire singulière. Individuellement, on a des compétences ; collectivement, on a une expertise.

Croiser des niveaux d’explication différents et travailler sur les sorties de la violence par des politiques publiques nous amène à rétablir la complexité de ces phénomènes là où l’action politique est souvent à la recherche de solutions simplistes. Et ce discours comporte bien le risque de nous rendre moins audibles que les politiques et leurs experts plus ou moins autoproclamés mais tellement médiatiques. Nos initiatives, souvent diverses et dispersées, se heurtent au risque d’être taxées au mieux d’intellectualisme, au pire d’angélisme. Surtout lorsqu’on se met à questionner la place que les sociétés contemporaines laissent à la possibilité d’expression de pensées ou de solidarités alternatives.

Coopérer avec les acteurs de terrain

A quoi la recherche sert-elle si elle reste confinée dans le huis-clos de nos labos ou l’entre-soi des grands programmes de recherche ? Notre objectif est de construire, en contexte, avec les professionnels concernés des actions concrètes adaptées. La collaboration de l’université avec des collectivités locales, associations de terrain, organismes d’Etat… est un enjeu et un atout majeurs. On a vu, ce 19 avril, que des actions étaient déjà entreprises par les acteurs de l’éducation nationale, la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’administration pénitentiaire ou dans les quartiers. Mais c’est souvent de façon isolée et on ne pense pas à l’université comme ressource possible et, éventuellement, comme lieu de rencontre de ces approches et d’évaluation de ces expériences.

Evaluer n’est pas juger. Mais cela demande évidemment de définir les intérêts communs et les conditions de confiance réciproque, qui passent par l’accès aux données d’observation indispensables à toute approche scientifique, par la protection de ces données et de leurs analyses, et par la garantie de confidentialité des résultats et de leurs conséquences pour éviter le risque de détournement vers d’autres buts que la prévention et la gestion de la violence radicale (dramatiser et légitimer une information, animer plus ou moins artificiellement une campagne électorale, orienter une procédure judiciaire…).

La rigueur théorique et méthodologique ne peut donc s’inscrire que dans une éthique universitaire. On peut demander beaucoup de choses aux SHS, mais on ne peut pas tout leur demander.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *