Améliorer la négociation de crise

Graphe d'une négociation avec un sujet « radicalisé ». ©Logiciel Iramuteq-P. RATINAUD/LERASS

Graphe d’une négociation avec un sujet « radicalisé ». ©Logiciel Iramuteq-P. RATINAUD/LERASS

Laure Cailloce, journaliste scientifique pour CNRS Le Journal publie sur le blog « Face au terrorisme la recherche en action » un article « Améliorer la négociation de crise » qui reprend les travaux menés par Pascal Marchand.
Pascal Marchand est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Toulouse 3 Paul Sabatier, directeur du Laboratoire d’études et recherches appliquées en sciences sociales – LERASS EA827, et responsable scientifique du pôle toulousain d’expertises sur les phénomènes de radicalisation et leurs régulations « Radicalités et Régulations » au sein de la MSHS-T.
Pôle créé grâce au financement décroché dans le cadre du programme « CNRS – attentats » Ses recherches portent plus généralement sur la négociation en situation de crise extrême. La majorité des modèles qui rendent compte de la négociation policière en situation de crise extrême sont d’origine anglo-saxonne et se centrent, le plus souvent, sur le sujet ayant motivé l’intervention (forcené, retranché, preneur d’otage, suicidaire…) ou, plus rarement, sur le négociateur.

« Les outils d’analyse de discours ne servent pas qu’à disséquer la parole politique. Pascal Marchand, spécialiste de la communication au Lerass de Toulouse, a mis l’analyse lexicométrique au service des forces de police amenées à négocier dans des situations… »

Lire la suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *