Négocier en contexte de violence radicale : approches discursives

Conférence dans le cadre du cycle thématique « Risques, Société et Sécurité »  (R2S)

Date : 23 février 2017 à 16h
Lieu : auditorium de Maison de la Recherche sur le site de Neuville
Public : ouvert à toute personne intéressées par la thématique « Risques et Sécurité »
Entrée libre

Pascal Marchand nous propose ici de revenir sur son travail d’étude des échanges entre négociateurs de forces de l’ordre dans des contextes réels de négociation de crise de type barricades, prises d’otages, terrorisme ou intention suicidaire à haut niveau de dangerosité.
Quel est l’apport des méthodes utilisées pour améliorer le travail de diagnostic des négociateurs ? En quoi ces travaux permettent de mieux cerner qui sont les individus, souvent radicalisés, auxquels les négociateurs sont confrontés ?

Pour tout renseignement, contactez l’organisateur : Julien Longhi, professeur en sciences du langage de l’université de Cergy-Pontoise
Laboratoires de l’UCP impliqués dans l’organisation de cette conférence : ETIS, AGORA, SATIE
Financeurs : Institut d’Etudes Avancées, université de Cergy-Pontoise et Université Paris Seine

Lire en ligne : https://www.u-cergy.fr/fr/institut-d-etudes-avancees/manifestations-scientifiques/discours-et-negociations-de-crise.html

Décrypter le langage des terroristes

De Fleur Olagnier dans La Dépêche du Midi (12/12/2016) :

À Toulouse, deux équipes travaillent activement à l’élaboration de stratégies pour dialoguer avec les témoins, comme avec les terroristes.

Trouver le discours «caché»

Le laboratoire Cognition, langue, langage, ergonomie (CLLE, CNRS) s’intéresse à optimiser les entretiens entre policiers et témoins. «Nous travaillons sur la technique de l’entretien cognitif qui consiste à laisser parler le témoin, l’inciter à rapporter le maximum d’informations, même celles qu’il pourrait juger peu importantes, poser peu de questions et se départir de l’image autoritaire du policier», détaille M. Py.

…/…

De son côté, au Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (Lerass, CNRS), l’équipe de Pascal Marchand analyse les paroles pour améliorer les négociations en situations extrêmes, comme les prises d’otages.

Grâce à un logiciel conçu au Lerass, les mots et associations de mots qui reviennent le plus souvent dans le discours d’un individu sont repérés. Ainsi, le discours «caché» peut être décelé.

…/…

Lire la suite : http://www.ladepeche.fr/article/2016/12/12/2477001-decrypter-le-langage-des-terroristes.html

Expliquer la radicalisation (1): individus, interactions, identités et croyances

Ce texte est issu des travaux d’un colloque organisé le 20 janvier dernier par la Conférence des présidents d’Université (CPU), en partenariat avec le Camp des Milles, et The Conversation France.

Qu’est-ce qu’expliquer en sciences humaines et sociales ? On peut s’inspirer d’un modèle proposé par Willem Doise au début des années 1980, pour distinguer quatre niveaux d’explication : ce qui relève des individus, des interactions, des identités et des croyances. Peut-on, au moins, poser la question de la « radicalisation » à ces quatre niveaux ?

Lire la suite

Améliorer la négociation de crise

Laure Cailloce, journaliste scientifique pour CNRS Le Journal publie sur le blog « Face au terrorisme la recherche en action » un article « Améliorer la négociation de crise » qui reprend les travaux menés par Pascal Marchand.
Pascal Marchand est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Toulouse 3 Paul Sabatier, directeur du Laboratoire d’études et recherches appliquées en sciences sociales – LERASS EA827, et responsable scientifique du pôle toulousain d’expertises sur les phénomènes de radicalisation et leurs régulations « Radicalités et Régulations » au sein de la MSHS-T. Lire la suite