A propos Fanny Verkampt

Enseignant-chercheur depuis 2010, mes recherches s’organisent principalement autour du développement de méthodes d’entretien visant à améliorer la récupération des souvenirs chez les mineurs, ainsi qu’aux facteurs susceptibles de nuire à la qualité et à la fiabilité des témoignages oculaires. Je m’intéresse ainsi plus particulièrement à l’influence d’un protocole d’entrevue judiciaire, l’Entretien Cognitif, sur la qualité et la fiabilité des descriptions effectuées par des adultes mais aussi, et surtout, par de jeunes (adolescents) et très jeunes (enfants) témoins. Récemment, mes recherches se sont tournées vers l’amélioration des auditions de mineurs victimes de Traite d’Etres Humains (état des lieux ; développement de méthodes d’entretien facilitant la récupération des souvenirs auprès de victimes souffrant de trauma) dans 5 pays Européens (Belgique, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni). Enfin, toujours en lien avec les problématiques liées au phénomène migratoire en Europe, je m’intéresse également à comprendre comment se développent et se renforcent les attitudes conscientes (explicites) et non-conscientes (implicites) à l’égard de l’accueil des migrants en Europe (influence des discours politiques et médiatiques ; des menaces dites réelles et symboliques telles que la crainte d’attentats terroristes). Ce projet conduit en partenariat avec le LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse) est soutenu financièrement par la Maison des SHS de Toulouse. Enfin, je suis vice-présidente de la division "Psychologie & Droit" (Psychology & Law) de l'Association Internationale de Psychologie Appliquée (International Association of Applied Psychology).

La crise migratoire sous le spectre de la menace terroriste

Source image : mediActvista, https://flic.kr/p/ySVKsi

Ce texte synthétise la communication, traitant de l’influence des discours politiques sur les préjugés des français envers les réfugiés (disponible ici),  adressée lors de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation qui s’est tenue le 19 avril 2017.​

Cette journée d’étude fut l’occasion de présenter le projet AttIRE, mené de concert par des enseignants chercheurs des laboratoires CLLE (Université Toulouse – Jean Jaurès) et LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse), à savoir : Fanny Verkampt, Stéphane Perrissol, Brigitte Bardin, Annette Burguet et Pascal Marchand. Soutenu par la MSHS de Toulouse, ce projet a pour objectif d’aider à mieux identifier les sources d’accroissement ou de réduction des préjugés envers les réfugiés. Il porte une attention particulière aux discours des acteurs politiques français de 2002 à 2017.

Lire la suite