A propos Fanny Verkampt

Enseignant-chercheur depuis 2010, mes recherches s’organisent principalement autour du développement de méthodes d’entretien visant à améliorer la récupération des souvenirs chez les mineurs, ainsi qu’aux facteurs susceptibles de nuire à la qualité et à la fiabilité des témoignages oculaires. Je m’intéresse ainsi plus particulièrement à l’influence d’un protocole d’entrevue judiciaire, l’Entretien Cognitif, sur la qualité et la fiabilité des descriptions effectuées par des adultes mais aussi, et surtout, par de jeunes (adolescents) et très jeunes (enfants) témoins. Récemment, mes recherches se sont tournées vers l’amélioration des auditions de mineurs victimes de Traite d’Etres Humains (état des lieux ; développement de méthodes d’entretien facilitant la récupération des souvenirs auprès de victimes souffrant de trauma) dans 5 pays Européens (Belgique, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni). Enfin, toujours en lien avec les problématiques liées au phénomène migratoire en Europe, je m’intéresse également à comprendre comment se développent et se renforcent les attitudes conscientes (explicites) et non-conscientes (implicites) à l’égard de l’accueil des migrants en Europe (influence des discours politiques et médiatiques ; des menaces dites réelles et symboliques telles que la crainte d’attentats terroristes). Ce projet conduit en partenariat avec le LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse) est soutenu financièrement par la Maison des SHS de Toulouse. Enfin, je suis vice-présidente de la division « Psychologie & Droit » (Psychology & Law) de l’Association Internationale de Psychologie Appliquée (International Association of Applied Psychology).

Workshop « Les SHS face à la menace : décrire, anticiper, réguler, prévoir et répondre »

Le workshop « Les SHS face à la menace : Décrire, anticiper, réguler, prévoir et répondre » se déroulera le 28 septembre 2017 à la Maison Internationale de la Recherche de Neuville sur Oise.

Coordonné par Julien Longhi en partenariat avec l’IEA (Institut d’Etudes Avancées), l’Université Paris Seine, et les laboratoires AGORA, ETIS et SATIE, ce workshop s’inscrit dans le cycle thématique « Risque, société, sécurité ».

La journée débutera à 9h et se clôturera à 17h (voir Programme du workshop).

24èmes Journées de réflexion « L’adolescence face aux processus d’influence extrémistes: Impacts sur la famille et la fratrie »

Les 24èmes journées de réflexion, sur le thème « L’adolescence face aux processus d’influence extrémistes: Impacts sur la famille et la fratrie », se dérouleront les 1 et 2 février 2018 au Centre de psychologie clinique interculturelle (APPM-CREFSI) de Grenoble.

Bulletin d’inscription et détails des journées

Trois objectifs vont guider ces journées :

  1. Poser le cadre théorique des processus d’influence à l’adolescence au sens large. Quels seraient les facteurs personnels impliqués dans ces processus d’influence à cette période de la vie (besoins de croire, besoins d’agir, besoin d’être quelqu’un, besoins du groupe, opération de colmatage et de survie…)? Quels seraient les facteurs environnementaux qui amplifieraient les effets des facteurs personnels ou qui pourraient, à eux seuls, être des catalyseurs d’entraînement vers des affiliations extrémistes ?
  2. Évaluer l’impact des affiliations extrémistes des jeunes sur leurs familles et leurs fratries.
  3. Inviter les cliniciens français et étrangers, animant des dispositifs de prévention et de prise en charge de jeunes « convertis », de leurs familles et de leurs fratries pour partager leurs expériences et faire un point sur les avantages et les limites de leurs cadres spécifiques.

Les propositions de communication, de témoignages cliniques sont à envoyer par email aux adresses suivantes: appm-crefsi@sfr.fr ; abdessalem.yahyaoui@univ-savoie.fr

Comprendre la radicalisation (Partie 1/2)

Dans cette vidéo, le phénomène de radicalisation  est expliqué par Jérôme Ferret — Maître de Conférences HDR en sociologie (Université Toulouse Capitole) et responsable du groupe de travail sur la radicalisation, cela au travers de 6 questions. Trois d’entre elles sont discutées dans cette première partie :

  1. Qu’est-ce que la radicalisation ?
  2. La radicalisation est-elle une transition ou la continuité d’une trajectoire individuelle ? 
  3. La radicalisation s’opère-t-elle sur internet autour d’individus charismatiques ?

Visionner la vidéo

Conférence euro-méditerrannéenne des villes pour le prévention de la radicalisation

Les partenaires du projet PRACTICIES organisent conjointement avec le Réseau Euromed des Villes, la Metropole de Nice et la Région PACA, la première « Conférence euro-méditerrannéenne des villes pour la prévention de la radicalisation » qui se déroulera les 29 et 30 septembre prochains à Nice (Centre Universitaire Méditerranéen).

Cette conférence sera l’occasion de proposer, avec l’association UNISMED, une journée de formation autour de la thématique « Comprendre et détecter les pratiques d’embrigadement djihadiste ». Cette journée de formation sera organisée le 28 septembre au Centre Universitaire méditerranéen (Nice).

Les inscriptions à la conférence et à la journée de formation sont gratuites et obligatoires. Vous pouvez vous inscrire à la conférence (29-30/09) directement sur le site WWW.RESEAU-EUROMED.ORG. Pour l’inscription à la journée de formation (28/09), veuillez envoyer un mail à rabia@unismed.com.

Consultez le Programme Nice (FR) et le Flyer .

 

La crise migratoire sous le spectre de la menace terroriste

Source image : mediActvista, https://flic.kr/p/ySVKsi

Ce texte synthétise la communication, traitant de l’influence des discours politiques sur les préjugés des français envers les réfugiés (disponible ici),  adressée lors de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation qui s’est tenue le 19 avril 2017.​

Cette journée d’étude fut l’occasion de présenter le projet AttIRE, mené de concert par des enseignants chercheurs des laboratoires CLLE (Université Toulouse – Jean Jaurès) et LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse), à savoir : Fanny Verkampt, Stéphane Perrissol, Brigitte Bardin, Annette Burguet et Pascal Marchand. Soutenu par la MSHS de Toulouse, ce projet a pour objectif d’aider à mieux identifier les sources d’accroissement ou de réduction des préjugés envers les réfugiés. Il porte une attention particulière aux discours des acteurs politiques français de 2002 à 2017.

Lire la suite