La crise migratoire sous le spectre de la menace terroriste

Source image : mediActvista, https://flic.kr/p/ySVKsi

Ce texte synthétise la communication, traitant de l’influence des discours politiques sur les préjugés des français envers les réfugiés (disponible ici),  adressée lors de la journée d’étude sur les nouvelles figures de la radicalisation qui s’est tenue le 19 avril 2017.​

Cette journée d’étude fut l’occasion de présenter le projet AttIRE, mené de concert par des enseignants chercheurs des laboratoires CLLE (Université Toulouse – Jean Jaurès) et LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse), à savoir : Fanny Verkampt, Stéphane Perrissol, Brigitte Bardin, Annette Burguet et Pascal Marchand. Soutenu par la MSHS de Toulouse, ce projet a pour objectif d’aider à mieux identifier les sources d’accroissement ou de réduction des préjugés envers les réfugiés. Il porte une attention particulière aux discours des acteurs politiques français de 2002 à 2017.

Introduction

En 2016, 65.3 millions de personnes ont migré de part le monde — soit, à peu de chose près, l’équivalent de la population française. La question de l’accueil et de l’intégration des réfugiés dans les sociétés d’accueil est au cœur de débats où se mêlent, sinon des inquiétudes, des arguments tant économiques qu’identitaires, ou encore sécuritaires. Ce lien entre immigration et sécurité intérieure n’est pas nouveau. Déjà en 1990, Myron Weiner (professeur en sciences politiques, MIT) soulignait que les déplacements de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants étaient la conséquence de considérations sécuritaires dans leur pays d’origine, mais aussi la cause d’interrogations quant aux menaces à la sécurité intérieure des pays d’accueil. Les attentats terroristes du 11/09 à NY et Washington se sont ainsi accompagnés d’une intensification des politiques de lutte contre le terrorisme, aux États Unis comme dans plusieurs pays européens. Parallèlement, comme relevé par Saux (2007), nombre de mesures prises ont impacté les droits et les libertés des citoyens étrangers vivant dans ces pays.

Le projet AttIRE vise donc à mieux comprendre les possibles conséquences des récentes attaques terroristes en Europe sur l’accueil des réfugiés en France, et ce, dans un contexte économique encore en berne.

Pourquoi « radicalisation » ?

Les travaux que nous menons sont en lien avec la radicalisation définit comme « le processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d’action, directement liée à une idéologie extrémiste à un contenu politique, social ou religieux, qui conteste l’ordre établi » (Khosrokhvar, 2014). Plus précisément, notre intérêt se porte plus sur le rôle de l’adhésion de citoyens à des discours politiques et sociaux radicalisés, qu’à l’adhésion à un discours religieux radical.

L’Europe aux prises avec d’importants conflits internes

La crise des réfugiés agit comme un accélérateur des divisions au sein de l’Union. Car avec la question de l’accueil des réfugiés, il semble y avoir comme une urgence à résoudre des tensions liées à la crise économique et à la crise terroriste, avec les attaques causées à Paris, Bruxelles, Londres ou encore St Petersburg. Parallèlement, plusieurs pays européens voient des acteurs politiques de premier plan radicaliser leur discours contre l’immigration. Ce durcissement vaut pour les réfugiés ou quiconque venant d’un pays étrangers.

«Political and community leaders have a responsibility to speak out against discrimination and intolerance, and to counter those who seek to win votes through fearmongering and divisiveness.  This is a time to build bridges, not walls, between people»

United Nations Secretary-General Ban Ki-moon (9 may 2016)

Les discours souverainistes de ces leaders politiques situés à l’extrême droite de l’échiquier politique sont simples : mettre en avant les valeurs nationales, l’identité nationale, les frontières nationales et les intérêts nationaux. [Cela au détriment du respect des droits et des libertés énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme valant autant pour les migrants et les réfugiés que pour les citoyens des sociétés d’accueil (Rapport du Rapporteur spécial aux questions du contre-terrorisme et des droits de l’homme, 2015, p. 7).] C’est ainsi que Victor Orban a traduit ses paroles en actes et fait construire un « mur anti-migrants » afin de protéger la Hongrie de ses frontières avec les Balkans. Promesse de protection des frontières également faite par Norbert Hofer, candidat du FPO, lors de la campagne présidentielle autrichienne de 2016. Enfin, Miro Cerar a quant à lui déclaré que la Slovénie n’accepterait d’accueillir que des réfugiés de confession catholique.

Pour certains leaders politiques, l’hostilité se manifeste donc surtout contre les réfugiés de confession musulmane. Pour comprendre cela, il est nécessaire d’intégrer dans la réflexion plusieurs points importants :

  • Les attentats terroristes en Europe ont été commis au nom d’une vision fondamentaliste de l’islam ;
  • En outre, une partie des migrants fuient des zones où les groupes terroristes sont actifs. En 2014, par exemple, plus de 16 millions de personnes déplacées provenaient des cinq pays où les activités terroristes étaient les plus intenses ;
  • Par conséquent, comme le soulignait récemment le Rapporteur spécial aux questions du contre-terrorisme et des droits de l’homme, il existe une crainte que des terroristes exploitent à leur avantage les flux migratoires. Ou encore que les camps de réfugiés ne deviennent des viviers de recrutement pour les groupes terroristes (Koser & Cunningham, 2015).
  1. C’est ainsi que selon Halsman et Holland (2012), l’hostilité ou l’adhésion à l’accueil des réfugiés pourrait alors être déterminée par l’opinion que l’on a envers la religion musulmane.

Crise migratoire: Quel.s défi.s ?

Comme décrit par Postelnicescu (2016), l’Europe se trouve donc à un carrefour, divisée entre:

  • Son besoin de maintenir ses valeurs démocratiques et ses libertés. Il s’agit donc ici pour elle de rester un espace de liberté et de justice tout en garantissant la sécurité des citoyens européens contre le terrorisme ;
  • La montée grandissante des idées et des politiques nationalistes ;
  • Un risque de montée des hostilités et des conflits intérieurs susceptibles de générer un cercle vicieux de violence.

Accueil et intégration des réfugiés dans les Etats de l’UE

Alors que la crise migratoire pourrait s’étendre sur 20 à 30 ans selon les prévisions actuelles, les Etats membres de l’ONU peinent à s’accorder sur l’adoption d’un Pacte mondial pour les réfugiés. Un tel pacte contraindrait les pays signataires à accueillir chaque année 10% des migrants ayant obtenu le statut de réfugié. Il viserait ainsi à partager de façon plus équitable les responsabilités entre les pays. En effet, les pays en développement, représentant moins de 2% de l’économie mondiale, accueillent 86% des réfugiés. Ainsi, seuls 14% des réfugiés sont à ce jour accueillis dans des pays dont la richesse nationale pourrait pourtant garantir une meilleure intégration de ces populations migrantes, dont la moitié sont des enfants.

«But this is not a crisis of numbers; it is a crisis of solidarity.  Almost 90 per cent of the world’s refugees are hosted in developing countries.  Eight countries host more than half the world’s refugees.  Just ten countries provide 75 per cent of the UN’s budget to ease and resolve their plight.»

–United Nations Secretary-General Ban Ki-moon (9 may 2016)–

Du côté de l’Union Européenne, les Etats membres ont activé le système de réaction aux situations d’urgence (art.78, paragraphe 3 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne) et instauré, en mai 2015, un mécanisme européen de relocalisation des demandeurs d’asile. Cette relocalisation est basée sur une clé de répartition tenant compte de 4 critères :

  • Taille de la population → capacité d’absorption des réfugiés
  • PIB total → capacité économique à absorber et intégrer des réfugiés
  • Nombre moyen de demandes d’asile et de réfugiés réinstallés → efforts déjà déployés par le.s pays
  • Taux de chômage → capacité d’intégration des réfugiés

Si cette clé intègre la santé économique des pays pour penser la relocalisation des réfugiés au sein de l’Union, il est clair qu’une telle politique ne pourra se mettre en œuvre efficacement sans l’adhésion de tous les partenaires européens. En d’autres mots, prédire les comportements d’aide chez les populations des pays hôtes nécessite d’évaluer finement leurs attitudes (ou préjugés), cela afin de mieux cerner ce qui les détermine et donc les leviers sur lesquels il convient d’agir prioritairement.

Que sait-on des préjugés envers les réfugiés? Bref aperçu des enseignements et des principales limites des études conduites à ce jour

Depuis 15 ans, de grandes enquêtes européennes sont conduites tous les deux ans dans différents pays de l’Union, avec un module spécifiquement dédié à la question de l’immigration (voir European Social Survey — ESS). Celles-ci ont ainsi permis d’identifier plusieurs déterminants des préjugés des populations d’accueil à l’égard des migrants. Tout en relevant le rôle modérateur du niveau de qualifications des répondants (Hainmueller & Hiscox, 2007), ces enquêtes ont effectivement souligné le poids des perceptions de menaces réelles (contexte économique, compétition sur le marché de l’emploi) sur les préjugés négatifs envers les migrants (Hjerm, 2009 ; Pereira, Vala, Costa-Lopes, 2010 ; Ruist, 2014). Mais les craintes d’origine économique ne sont pas les seules à avoir été relevées par les chercheurs. Certaines enquêtes ont, en effet, permis d’avancer l’importance des perceptions de menaces dites symboliques (crainte de perte identitaire, d’une hausse de la criminalité notamment terroriste) sur l’expression d’attitudes défavorables à l’immigration  (Economou, Psarianos, & Kollias, manuscrit non publié; Sides & Citrin, 2007). Les opportunités passées et la qualité des contacts avec les migrants ont également été soulignées (Semyonov & Glickman, 2009).

En somme, si certains des déterminants précédemment soulignés sont liés à l’Histoire des pays européens et à la représentation de cette Histoire par les populations ; d’autres renvoient, en revanche, au contexte économique et sécuritaire actuel en Europe et dans le Monde. Toutefois, comme seules les préjugés (ou attitudes) auto-déclarés sont mesurés à travers ces grandes enquêtes européennes, trois limites majeures pourraient réduire la portée et la fiabilité des conclusions pouvant en être tirées :

  • Faible pouvoir prédictif

Les préjugés conscients (déclarés par les répondants aux enquêtes européennes) sont  plus volatiles, c’est-à-dire moins stables dans le temps et donc plus sujets aux changements, que les préjugés non conscients. De ce fait, il est plus délicat de prédire quels pourraient être les comportements effectivement adoptés par les répondants (en terme d’accueil des réfugiés par exemple) sur la base des résultats observés à des mesures de préjugés conscients (appelées également des mesures explicites des attitudes). Pour contourner ce biais, certains chercheurs préconisent l’utilisation de mesures implicites des attitudes, lesquelles permettraient davantage d’appréhender les préjugés non conscients. Tel est le cas, par exemple, des tests d’associations implicites (TAI). Développés par des chercheurs de l’Université d’Harvard, ces tests mesurent les associations automatiques entre des concepts (un prénom typiquement arabe par exemple) et des évaluations (bon vs. mauvais par exemple). Tout le paradigme est fondé sur le doute, les hésitations des participants. Prenons l’exemple d’un participant qui associerait le prénom « Rachid » à une évaluation « bon », mais pour qui le temps, en millisecondes, mis pour faire cette association serait plus long que pour associer le prénom « Adrien » à « bon ». Les chercheurs travaillant avec des TAI postulent qu’il serait  alors possible de conclure que le participant associe moins aisément les prénoms « arabes » à un stimulus plaisant qu’il ne le fait pour un prénom « typiquement français ». Bien entendu, de tels tests ne sont pas exemptes de limites eux aussi. L’une d’elles étant la relativité du test, il reste difficile de conclure que le participant décrit dans notre exemple aurait des préjugés négatifs envers les personnes de confession musulmane. Au mieux, nous pourrions conclure qu’associer une évaluation positive à un concept donné relativement à un autre concept est moins automatique, ou moins spontané, pour lui.

  • Biais de désirabilité sociale

La seconde limite d’ordre méthodologique, tient à ce qu’il est communément appelé en psychologie le biais de désirabilité sociale (Perez, 2010 ; voir également Schüller, 2013). Il s’agit d’une tendance chez les personnes interrogées à privilégier les réponses socialement désirables, cela au détriment de l’expression sincère des attitudes (préjugés) personnelles. Cela a deux conséquences distinctes mais intimement liées. La première est que les conclusions peuvent refléter les normes sociales en vigueur dans un contexte social donné, et ce, de façon plus ou moins prégnante selon la sensibilité du thème abordé. La seconde conclusion est que des zones d’incertitude entourent la fiabilité des réponses recueillies, ce qui fragilise alors les actions planifiées sur la base des résultats de ces enquêtes.

A ce jour, par exemple, le rôle médiateur de l’éducation sur les liens « économie-préjugés » et « attentats terroristes-préjugés » doit être considéré avec précaution. En effet, si les personnes les plus qualifiées tendent à fournir des réponses plus favorables à l’accueil des migrants via les modules de l’ESS ; aucun effet du niveau de qualifications n’a été relevé sur les craintes de voir la xénophobie augmenter après les attentats du 11/09 (Schüller, 2013). Comme souligné par Schüller, il est donc possible que les répondants les plus qualifiés soient plus enclins à répondre de façon socialement acceptable, que ceux ayant un niveau de qualification moins élevé.

  • Exposition répétée à des messages persuasifs

La troisième limite est que les enquêtes de l’ESS ne peuvent capturer l’influence de déterminants non conscients (ou implicites) des préjugés. Tel est le cas notamment de l’exposition répétée à des messages persuasifs pro ou anti-migrant dans la presse et les discours politiques par exemple, sur les préjugés.

Projet AttIRE

Les objectifs du projet AttIRE sont multiples. Il s’agira dans un premier axe de recherche de comparer les attitudes (préjugés) conscientes et non conscientes des français à l’égard des migrants en demande de protection. Pour cela, les attitudes seront mesurées avec, d’une part, le module immigration de l’ESS et, d’autre part, une mesure implicite des attitudes spécialement élaborée pour les populations migrants et réfugiés. Cette dernière sera pensée pour contourner les limites des Tests d’Associations Implicites. L’objectif est ici d’améliorer l’identification des déterminants des préjugés, et ce, dans un contexte politique, économique et sécuritaire soumis à de nombreux changements.

Le deuxième axe de recherche visera à mesurer l’influence des discours politiques relatifs à l’immigration sur, d’une part, l’évolution des attitudes conscientes des français à l’égard des migrants et des réfugiés de 2002 à 2017 et, d’autre part, leurs attitudes non conscientes avant versus après les élections présidentielles françaises de 2017. Nous tenterons alors d’identifier les éléments de discours favorisant une attitude pro- ou, au contraire, anti-immigration. Puis, nous chercherons à identifier les liens qu’entretiennent possiblement la crise économique et les attentats terroristes avec ces éléments de lexique contenus dans les discours politiques.

 

 


Ce contenu a été publié dans Évènements scientifiques par Fanny Verkampt, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Fanny Verkampt

Enseignant-chercheur depuis 2010, mes recherches s’organisent principalement autour du développement de méthodes d’entretien visant à améliorer la récupération des souvenirs chez les mineurs, ainsi qu’aux facteurs susceptibles de nuire à la qualité et à la fiabilité des témoignages oculaires. Je m’intéresse ainsi plus particulièrement à l’influence d’un protocole d’entrevue judiciaire, l’Entretien Cognitif, sur la qualité et la fiabilité des descriptions effectuées par des adultes mais aussi, et surtout, par de jeunes (adolescents) et très jeunes (enfants) témoins. Récemment, mes recherches se sont tournées vers l’amélioration des auditions de mineurs victimes de Traite d’Etres Humains (état des lieux ; développement de méthodes d’entretien facilitant la récupération des souvenirs auprès de victimes souffrant de trauma) dans 5 pays Européens (Belgique, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni). Enfin, toujours en lien avec les problématiques liées au phénomène migratoire en Europe, je m’intéresse également à comprendre comment se développent et se renforcent les attitudes conscientes (explicites) et non-conscientes (implicites) à l’égard de l’accueil des migrants en Europe (influence des discours politiques et médiatiques ; des menaces dites réelles et symboliques telles que la crainte d’attentats terroristes). Ce projet conduit en partenariat avec le LERASS (Université Paul Sabatier, Toulouse) est soutenu financièrement par la Maison des SHS de Toulouse. Enfin, je suis vice-présidente de la division "Psychologie & Droit" (Psychology & Law) de l'Association Internationale de Psychologie Appliquée (International Association of Applied Psychology).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *